Ateliers

C’est quoi la linogravure ?

Il s’agit d’une technique de gravure et d’impression qui permet des reproductions multiples, toutes originales, d’un même motif. Couleurs et taille du papier peuvent varier, tout comme les effets de surimpression ou de tampons. Le principe est le même que pour la gravure sur bois, sauf que le matériau, le linoleum, est moins cher et plus souple.

Pourquoi on aime ça ?

Pour nous la lino, c’est pas de l’aquarelle : du noir et du blanc, des messages directs, sans nuances ni détours, sans prendre des pincettes. Graver, presser, afficher, discuter : la lino nous permet de libérer la parole et l’imaginaire. C’est une thérapie politique-poétique qui nous donne des ailes, nous fait rugir et rougir, et que nous avons énormément de plaisir à partager.

Quelles sont les différentes étapes d’une linogravure ?

  1. Trouver ou dessiner un motif, avec des traits simples et gras pour commencer
  2. Décalquer le motif sur du papier calque avec un crayon papier gras en appuyant bien
  3. Décalquer le calque, à l’envers, sur la plaque de lino, en appuyant bien (on obtient une image inversée sur le lino)
  4. Graver la plaque de lino avec des gouges faites pour
  5. Encrer la plaque de lino avec un rouleau et de la peinture comme il faut
  6. Presser la plaque de lino contre une feuille de papier, bien fort.
  7. S’émerveiller, et recommencer !

Pour avoir une idée en image, voilà bédé-photo issue d’un atelier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour en savoir plus, nous vous recommandons le magnifique manuel de TANXXX, « Cut or Die« .

Comment se passe un atelier ?

Avant l’atelier, on s’entend sur la durée (3-5h), les locaux (grandes tables stables pas fragiles, cuisine pour le nettoyage des outils, de quoi suspendre les lino imprimées pour qu’elles sèchent), l’achat des consommables (papier brouillon, papier d’impression, encre), le prêt du matériel (gouges, rouleaux, etc), le nombre de participant.e.s (4 à 10) et le mode de participation aux frais (sachant que l’atelier implique des dépenses consommables, l’usure du matériel, du temps d’organisation. On aime bien l’idée que les initiations soient accessibles à tout.e.s et il ne s’agit pas d’un cours, mais du partage de notre savoir-faire autodidacte. On est pas artistes professionnelles, on ne vit pas de la lino, et on ne veut pas « voler » des élèves aux ateliers des pro dont nous n’avons largement pas le niveau.)

Pour l’atelier lui-même, on arrive avec notre matériel et vos idées, et on s’amuse bien. Tout le monde repart avec tout plein de chouettes impressions linogravées.

Lorsque nous faisons un atelier thématique, on peut même aboutir à un fanZine ! Comme avec l’atelier « Grave ta colère ! » que l’on a fait au Baragouinage à Bordeaux au printemps 2016.

Où avons-nous déjà fait des ateliers ?

  • Baragouinage, Bordeaux
  • Café des Pratiques, Besançon
  • F.A.Q. Infoladen, Berlin Kreuzberg

on adore les lieux féministes, queer et non-mixtes !

Nous contacter, nous suivre…


sanstitreniculotte[at]riseup[point]net

Publicités